Qu’est-ce qu’un manga Yaoi ?

Des mangas Yaoi

Quand on parle de genre de comics, on pense généralement à l’émotion que transmet chaque bande dessinée aux lecteurs. On distingue ainsi des BD d’horreur, de romance, d’humour… Cependant, ce n’est pas le cas dans la pop culture japonaise. Les mangas, les jeux vidéo ainsi que les séries d’animation japonaise sont classés par catégorie ou genre selon le public auquel ils s’adressent. Au Japon, le style le plus populaire reste le Shōnen avec des œuvres emblématiques comme Dragon Ball, One Piece et Bleach. Parmi ces styles, on retrouve le Yaoi, un genre de manga dont l’intrigue est centrée sur la romance entre deux adolescents. Alors, qu’est-ce que le manga Yaoi exactement ? Comment a-t-il évolué dans la culture japonaise et quels sont les exemples marquants de mangas ou d’animés de ce style ? Le point ci-dessous avec Manga Séries.

Quelle est l’origine de l’expression Yaoi ?

Au Japon, le mot « Yaoi » est employé pour désigner une histoire qui présente une relation intime entre deux hommes. Bien qu’il soit peu apprécié par les passionnés de la culture japonaise, le mot « slash » est employé par les Occidentaux pour qualifier les œuvres appartenant à ce genre.

Étymologiquement, l’expression serait tirée de « yama nashi, ochi nashi, imi nashi » que l’on peut traduire littéralement par « pas de montagne, sans dénouement, pas de sens ». Pour faire simple, le Yaoi est vu comme une histoire dont le but n’est pas de développer un scénario complexe. Elle se concentre uniquement sur la relation amoureuse entre les protagonistes. Cependant, l’origine très probable du genre Yaoi vient sans doute des « Doujinshi ». Il s’agit d’histoires courtes ou de fanfictions mettant en scènes des personnages masculins de manga populaire.

LIRE AUSSI  Qu'est-ce que le fansub ?

Histoire et évolution du manga Yaoi

C’est au début des années 1970 que les premiers mangas Yaoi sont publiés au pays du soleil levant. Bien qu’il s’agisse d’un style peu connu par le public japonais de l’époque, le Boy’s Love fut rapidement adopté par l’audience à laquelle il était destiné (les femmes). D’ailleurs, les premiers mangakas (auteurs de manga) à avoir proposé une histoire homosexuelle entre hommes étaient la gent féminine. Cela a valu au Yaoi son surnom de manga écrit par les femmes pour les femmes.

C’est à partir de 2000 que le genre Yaoi connaît une véritable ascension avec l’arrivée d’une nouvelle vague de mangakas, dont la célèbre Shungiku Nakamura, auteur de Junjou Romantica (plus de 20 Tomes). Les librairies dédiées au manga Yaoi deviennent de plus en plus populaires au Japon. Cette époque a surtout été marquée par la création de la Otome Road ou Rue des Filles. Située dans le quartier Ikebukuro à Tokyo, elle est caractérisée par ses nombreux magasins Boy’s Love et ses Yaoi café.

Depuis 2010, les Yaoi et d’autres catégories comme le manga shojo, le manga Yuri et le manga josei ne sont plus uniquement réservés au public japonais. Plusieurs œuvres s’exportent dans les pays européens. De grandes maisons d’édition à l’instar de Kana et Hana proposent des œuvres originales aux lecteurs francophones. Les traducteurs de Boy’s Love comme Margot Maillac ou Aline Kukor ont permis d’exporter facilement ce style de manga en France.

Le Yaoi : un genre de manga à part entière

Comme mentionné au début, les Boy’s Love étaient à la base une création des fans. Cependant, le livre ou le manga Yaoi tel qu’on le connaît aujourd’hui ne se limite pas à de simples fanfictions. Il s’agit d’un véritable genre de manga où l’auteur propose une histoire d’amour passionnante avec des personnages auxquels les lecteurs peuvent s’identifier. Si à l’origine le genre Yaoi présente simplement une romance entre deux hommes avec quelques scènes très sensuelles, les auteurs ont sans doute compris qu’il est nécessaire de casser les codes afin d’offrir un contenu qui retient l’attention du lecteur passionné de mangas.

LIRE AUSSI  Mangas : où regarder des animés en streaming ?

En dehors de la romance que l’on remarque, la difficulté à s’accepter ou le peu d’estime pour soi-même sont des thématiques fréquemment abordées dans le manga Yaoi. Le meilleur exemple reste Given, un manga Yaoi de Natsuki Kizu. L’histoire entre les deux protagonistes ne se limite pas qu’à l’amour. D’ailleurs, ce sentiment naît progressivement au fil du récit. L’auteur de Given a une réelle envie d’emporter ses lecteurs dans un monde où ces derniers peuvent s’identifier aux personnages, suivre l’évolution de chacun d’eux et juger leur choix s’il le faut. En France, ce manga Yaio est publié par l’éditeur Taifu Comics. Dans le même genre, on retrouve également les mangas :

  • In These Words de Toga Q et Kuchiku Neko,
  • Blue Summer de Nagisa Furuya,
  • Killing Stalking de Koogi,
  • Let’s be together de Tomo Kurahashi,
  • Ameiro Paradox de Isaku Natsume,
  • 10 Count de Rihito Takarai.

Parmi les mangas de genre Yaoi les plus vendus de tous les temps, on peut citer le manga Joy du mangaka Etsuko, le manga Jackass! du mangaka Beriko Scarlet et le manga Koi Ja Nai Kedo du mangaka Sakuraga Mei.

Qu’en est-il du genre Shonen Ai ?

Peu de personnes font la différence entre un manga Yaoi et un manga de genre Shonen Ai. Bien que le Shonen Ai soit une histoire qui met en évidence deux protagonistes masculins, ce type de manga n’en demeure pas moins un Boy’s Love. Contrairement au Yaoi qui construit l’intrigue autour de la relation amoureuse des héros, le genre Shonen Ai en fait un thème secondaire. Dans ce style de manga, on peut remarquer des échanges parfois romantiques, mais peu explicites entre des personnages masculins sans que cela aboutisse à une relation amoureuse. Le genre Shonen Ai peut-être classé comme un sous-genre du Yuri. Les œuvres les plus connues dans ce style sont Banana Fish et Yuri on Ice.

mangas genre Shonen Ai

Le Yaoi dans l’animation japonaise

Avec la popularité qu’a connu le genre Yaoi, plusieurs mangas Yaoi originaux ont très vite été adaptés en anime. Le but étant de toucher les amoureux de la culture japonaise qui pour autant ne sont pas passionnés de lecture. Dans les années 1990 sortaient déjà des adaptations animées de mangas Yaoi qui sont encore populaires aujourd’hui. C’est le cas de Boku wa Konomama Kaeranai, un OAV de Kazuna Uchida publié en 1994 et adapté du manga éponyme. Cet OAV de 30 minutes offre un pur moment de plaisir, tant le style graphique est original et les personnages attachants.

LIRE AUSSI  Last Memory, nouveau roman de Yukito Ayatsuji chez Pika Edition

On retrouve également l’adaptation de Given en 2019 et trois saisons de Joujou Romantica entre 2008 et 2015. Pour ceux qui souhaitent découvrir ces animés, ils sont accessibles sur la plupart des sites de streaming d’animés en vostfr et VF. Contrairement au manga qui ne joue que sur le dessin pour transporter le lecteur dans l’univers de l’auteur, l’anime offre un véritable plus grâce aux effets sonores captivants et le réalisme de chaque séquence. Qu’il s’agisse d’une histoire douce ou violente, le public visé par un auteur de manga Yaoi est féminin et le plus souvent jeune. Cependant, le Boy’s Love reste une romance comme tout autre. L’âge ou le sexe n’influence en rien le choix de lire ce genre de manga.